Actualités | Manchettes

Monique Bisson : se jumeler pour l’amour des aînés les plus isolés, une histoire hors du commun

11 février 2015

PLUSIEURS HISTOIRES D’AMOUR EN SIMULTANÉ, C’EST POSSIBLE

Monique Bisson_Sherbrooke (2)Monique Bisson, bénévole de Sherbrooke, a certainement un clone. En plus d’offrir sa présence aux Vieux Amis à l’hôpital, faire la cuisine et aller en séjour à Oka, depuis 10 ans, elle s’est jumelée avec trois Vieilles Amies en simultané. Le grand cœur de Monique a entouré d’amour et pris soin de ces trois dames fortement isolées et atteintes de problèmes cognitifs, et ce, jusqu’à la fin de leur vie.

Leader dans l’action, Monique inspire les autres.

Son témoignage s’est ainsi retrouvé dans le journal La Nouvelle de Sherbrooke, cliquez ici pour lire l’article.

« Je me trouve égoïste : j’ai tellement de plaisir à rencontrer les Vieux Amis et les bénévoles. C’est un privilège que j’ai d’être une bénévole chez les Petits Frères »

 

LE DÉBUT DE SES HISTOIRES D’AMOUR

Depuis qu’elle a pris sa retraite de l’enseignement spécialisé, Monique s’est impliquée dans plusieurs comités, mais elle avait un faible pour les visites à l’hôpital par souci d’apporter du réconfort aux Vieilles Amies les plus isolées. C’est lors d’une visite qu’elle rencontra madame Carita et tomba en amour avec elle, même si cette femme souffrait de gros problèmes cognitifs et ne s’exprimait pas beaucoup. Il y avait quelque chose d’inexplicable qui les unissait.

 

LES GESTES QUI VEULENT TOUT DIRE
Monique Bisson au grand Bal de Sherbrooke avec sa Vieille Amie, Magame Germaine, et le major Mike Quirion

Monique Bisson au grand Bal de Sherbrooke avec sa Vieille Amie, Madame Germaine, et le Capitaine Veilleux

À sa sortie de l’hôpital, les deux femmes ont continué à se voir. Consciente de la présence des autres Vieilles Amies hébergées dans ce CHSLD, Monique prenait toujours des nouvelles et leur rendait visite selon le besoin. C’est ainsi qu’elle se jumela aussi avec Madame Thérèse qui souffrait d’Alzheimer avancé et Madame Germaine qui était renfermée sur elle-même et parlait peu.

Malgré la distance au niveau de la parole, Monique savait que ses actions étaient pleines de sens et qu’elles ont eu des effets positifs sur ces dames. Une, n’ayant plus conscience du monde l’entourant, lui souriait quand elle arrivait, l’autre avait les yeux qui brillaient à chaque fois qu’elle entrait dans sa chambre.

« Si les yeux de ces dames avaient pu parler, ils m’auraient dit tant de choses ».

 

DES FLEURS AVANT LE PAIN

Monique adhère entièrement à la philosophie « Des fleurs avant le pain » des Petits Frères croyant qu’il est tout aussi nécessaire de nourrir le cœur que le corps. Et cela se fait avec des gestes si simples : leur tenir la main, les rassurer par sa présence, les écouter, proposer des sorties pour qu’ils rencontrent d’autres personnes et les gâter de petites choses toutes simples. Nourrir l’âme et le cœur de l’autre et s’enrichir en même temps.

« Je suis toujours fière de parler de ce que je vis chez les Petits Frères, c’est important. On ne peut pas imaginer toute la tristesse et la solitude que vivent les aînés isolés ».

 

AVEC ELLES JUSQU’À LA FIN

En se jumelant avec ces femmes, Monique savait qu’elle allait les accompagner jusqu’à leur dernier souffle. Bien qu’elle redoutait ces moments, elle était là, déterminée à le faire par amour pour elles.

« Veiller sa Vieille Amie en phase terminale, c’est difficile, mais aussi c’est extrêmement touchant de constater qu’elle part sereine et de savoir que j’y suis pour quelque chose »

 

SOUTIEN D’UNE ÉQUIPE SOUDÉE
Émilie Lévesque et Monique Bisson à la remise du prix Jumelage hors du commun et célébrant sa 10e année comme bénévole

Émilie Lévesque et Monique Bisson à la remise du prix Jumelage hors du commun et célébrant sa 10e année comme bénévole

Encore plus convaincue de l’utilité de son engagement, Monique, après une courte pause, est retombée à nouveau amoureuse et a décidé de se jumeler à une autre Vieille Amie. Elle continue ainsi le cycle d’amour qu’elle a commencé en faisant ce qui lui plait le plus : tisser des liens avec une personne âgée seule et faire en sorte qu’elle ait des moments heureux dans sa semaine.L’équipe de Sherbrooke est très unie et chacun est là pour les autres qui vivent des moments difficiles avec leurs Vieux Amis. Ce réconfort, Monique en a eu bien besoin lorsqu’elle a perdu ses trois Vieilles Amies dans la même année. Elle avoue avoir pu passer au travers de ces épreuves en paix aussi grâce au grand soutien de l’équipe de salariés qui étaient très présents pour elle.

 

« Ça comble quelque chose dans ma vie. Quand tu as travaillé 35 ans avec des humains comme enseignante, tu ne peux pas arrêter comme ça ! »

Les commentaires sont fermés.

Vous souhaitez vous impliquer ?