Témoignages des Vieux Amis

Découvrez quelques touchants témoignages qui viennent du fond du cœur de nos Vieux Amis.

 

2015-03 M Tremblay à IMAX« Les Petits Frères, c’est le remède à ma maladie. J’ai la maladie de la solitude. » 

— Monsieur Tremblay, Vieil Ami, lors de la Soirée IMAX 2015

 

 

J’ai retrouvé une famille et je ne me sens plus seule

« Le décès de mon mari a été terrible pour moi. Cet homme-là n’a pas été seulement mon mari : il a été mon compagnon fidèle et mon confident pendant 65 ans, ma seule famille. À son décès, je me suis retrouvée complètement seule et j’ai perdu l’envie de vivre.

Puis, un beau jour de printemps, Les Petits Frères sont entrés dans ma vie. Personne ne pourra jamais remplacer mon Maurice, c’est vrai, mais grâce aux Petits Frères, j’ai retrouvé une famille. Je me sens écoutée, respectée et surtout, je ne me sens plus seule. J’ai repris goût à la vie. Merci ! »
— Madame Martin, Vieille Amie

 Mme Belisle tricot-672x672

« Pendant qu’on tricote, on ne pense pas à nos bobos. En plus, j’aime ça ! »

— Madame Belisle, Vieille Amie très active au sein des Tricoteuses de Montréal

 

Continuer à vivre grâce aux Petits Frères

Madame-Gagné-Gigi.-et-bénévole-672x504« Chers Petits Frères, ce sont eux qui m’ont aidée à continuer à vivre !
J’ai eu une vie très active et stimulante. Quand j’ai appris, il y a quelques années, que j’étais atteinte de dégénérescence maculaire, ma vie a basculé. Perdre la vision était une tragédie pour moi et j’ai commencé à broyer du noir. Mes sorties devenaient limitées, je sentais que je n’avais plus rien devant moi et j’étais démoralisée. La solitude, c’est terrible.
Ma rencontre avec Les Petits Frères a été un baume dans mon existence. Je suis heureuse aujourd’hui, car j’ai rencontré Les Petits Frères. Ce sont des amis. »
— Madame Gagné, Vieille Amie

 

Des visites à l’hôpital qui m’ont aidé à guérir

visite hôpital« J’ai été hospitalisée suite à une chute et les attentions des Petits Frères m’ont vraiment aidé à guérir. En plus des visites d’une personne souriante qui ensoleillait mes journées, ils ont pris le temps de m’apporter le nécessaire de toilette pour que je me sente mieux. Ils m’ont vraiment remonté le moral ».

–  Mme. Asselin Alger, Vieille Amie, encore émue en pensant à cette période de sa vie auprès des Petits Frères de Sherbrooke

 

Grâce à toi, j’étais fier de me présenter au dîner de Noël

Monsieur Richard et la rose« Chère Sylvie des Petits Frères, quand tu m’appelles pour m’inviter à aller dîner ou souper à la maison des Petits Frères, ça me fait du bien et ça me fait plaisir de voir les autres Vieux Amis. Je me sens chez moi dans cette belle maison de la rue Garnier et j’y passe toujours de beaux moments à danser et à chanter. Tu m’as fait le plus beau cadeau en m’offrant les deux chemises, l’habit et les chaussures. Grâce à toi, j’étais fier de me présenter au dîner de Noël. Merci d’avoir souligné ma fête et de ne pas m’avoir lâché lors de mon séjour à l’hôpital. »
— Monsieur Richard, Vieil Ami 

 

 

Mon premier séjour à la maison Juliette-Huot à Oka

« Quel plaisir d’apprendre qu’à mon tour, je séjournerai à Oka. Le voyage avec l’autobus des Petits Frères fut très agréable. Nous arrivons et je découvre une maison magnifique entourée d’arbres au bord d’un lac. Quel calme ici, après les bruits de Montréal ! Une jolie chambre bien décorée m’attend au deuxième étage.

Premier repas et appréciation de l’excellente nourriture apprêtée par la cuisinière Théona. Nous avons aussi pu goûter aux fameuses crêpes de Pauline, notre bénévole responsable, qui a préparé un déjeuner spécial.

Maison Juliette HuotDe nombreuses activités étaient à notre disposition. D’abord, le spectacle du magicien et de son chien Virgule. En soirée, Fernand et sa musique étaient là pour nous faire chanter et danser. Le lendemain, tai-chi, bricolage et jeu de poches dehors au soleil pour nous permettre de connaître de nouveaux amis tout en nous amusant.

Le jour du départ, je reçois un diplôme bien encadré pour ma participation, et j’en suis fière. Quelques photos sont prises et nous quittons cette magnifique demeure. Je sais que j’y retournerai.

Un merci bien chaleureux à tous les bénévoles pour leur dévouement et leur amitié. J’ai tout apprécié et ça m’a vraiment fait du bien. »
— Madame Raymond, Vieille Amie

  

Après le décès de ma femme, je savais que je ne pouvais pas être heureux seul

_C1A2444 (2)« Mon épouse était une femme merveilleuse. Quand je l’ai perdue, j’étais triste. J’ai décidé de prendre le téléphone et de contacter Les Petits Frères, car je savais que je devais retrouver une famille et que je ne pouvais pas être heureux seul.

Je rêve de pouvoir rester parmi Les Petits Frères jusqu’à ma mort, c’est une seconde famille que j’ai trouvée alors que j’étais le plus abattu. On a tellement besoin de gens autour de soi ! »
— Monsieur Hardy, Vieil Ami, et Pierre Forcier, bénévole

 

 « C’est le plus beau cadeau que l’on m’ait jamais fait »,

s’est exclamé notre Vieil Ami Monsieur Grenon, la voix remplie d’émotion, lors de l’inauguration des locaux de Longueuil, alors qu’il relatait son voyage chez les petits frères des Pauvres en France.

  

Mme Richard et Guillaume Lemay-Thivierge en parachute« Maintenant, au lieu de ma solitude, je revis souvent ces beaux moments mentalement et ça me fait du bien.»

— Madame Richard, dans une lettre de remerciement après avoir réalisé son rêve d’aînés de sauter en parachute.

 

Entrer chez Les Petits Frères par l’enveloppe

« Lors d’un dîner avec les Vieux Amis, je discutais avec un monsieur photographe. Il me disait qu’il allait devoir déménager et qu’il cherchait un endroit pour toutes ses photos, son œuvre. Je suis photographe moi-même, alors j’étais particulièrement touchée. On papotait cherchant une solution et il me raconta comment il était arrivé chez les Petits Frères.

Le monsieur trouvait les journées longues. Comme disent Les Colocs, « La vie c’est court, mais c’est long juste des p’tits bouttes ». Il me disait qu’après avoir ouvert son courrier, il ne reste pas grand-chose à son agenda. Une publicité ? Non, Les Petits Frères qui récoltent des dons. Pas de nouvelles de personne, même pas son nom sur l’enveloppe… Un peu fâché, il prend un crayon et écrit en gros : « C’EST MOI QUI AURAIS BESOIN D’UN DON !!!! » et il envoie le tout dans l’enveloppe pour les dons.

Quelques jours plus tard, quelqu’un des Petits Frères frappait à sa porte… »
— Geneviève Deschenes, bénévole de Montréal

 
 

« C’est agréable, la chanteuse prend le temps de nous parler alors qu’habituellement, lors de ce genre de spectacle, on a toujours l’impression qu’ils ont hâte de partir ! »

Au Saguenay, lors de la visite d’une chanteuse et de son pianiste dans une résidence

 

Y retourner pour une dernière fois 

« Merci aux Petits Frères qui nous aident à réaliser le rêve tant chéri par nos Vieux Amis de faire un pèlerinage au Cap-de-la-Madeleine. Une Vieille Amie nous a dit : « J’y suis allée lorsque j’étais jeune et je ne pensais pas y revenir un jour. Maintenant, je peux partir”. »
— Bénévole de Thetford Mines, au sujet d’un pèlerinage au Cap-de-la-Madeleine

Vous souhaitez vous impliquer ?