Non classé

Journée internationale des femmes : Se rassembler autour des femmes aînées isolées pour bâtir intelligemment une société plus équitable

8 mars 2019

Les femmes vivent plus longtemps et sont plus à risque d’isolement social, une tendance fortement observée chez Les Petits Frères, la grande famille des personnes âgées seules. De fait, près des trois quart (73%) des 1 500 personnes accompagnées par Les Petits Frères sont de la gent féminine, dont douze dames centenaires qui témoignent de cette tendance.

Pour le 8 mars, Journée internationale des femmes, sous le thème de  « Penser équitablement, bâtir intelligemment, innover pour le changement », Les Petits Frères souhaitent célébrer les nombreuses femmes, celles que nous accompagnons, mais aussi celles qui par leur engagement bénévole ou philanthropique contribuent à changer la vie de personnes âgées par des gestes qui remettent un peu plus d’équité et d’amour dans les cœurs, partout au Québec.

« En cette Journée internationale des femmes, nous souhaitons reconnaître l’importance de leurs actions pour contrer l’isolement, mais aussi, célébrer toutes les femmes aînées de notre grande famille pour ce qu’elles nous apportent et inspirent à tous les jours. Mesdames, un grand merci. », mentionne Caroline Sauriol, directrice générale des Petits Frères.

Et si le fait de choisir de passer des moments à établir des liens humains et chaleureux entre des générations était finalement une innovation sociale qui répondrait à un besoin de connexions vraies dans notre société et qui aurait des effets bénéfiques sur la santé et la communauté ? Que le fait de prendre le temps d’être avec l’autre, de l’écouter, d’échanger nos idées et nos souvenirs bâtit intelligemment une société plus active, plus connectée où l’on cocrée un tissu social plus solide, qui permet le transfert du patrimoine d’expérience intergénérationnel, stimule par le fait même les fonctions cognitives et favorise une bonne santé mentale et l’envie de vivre davantage ensemble.

Au Québec, les femmes aînées sont plus à risque de souffrir d’isolement que les hommes du même groupe d’âge, selon les statistiques du Conseil national des aînés[1] qui démontrent une iniquité en termes de facteurs de risques : la perte des proches (72 % des femmes ayant entre 85 et 89 ans sont veuves versus 38 % d’hommes[2]), le fait d’habiter seule (31 % femmes de 65 ans et plus versus 16 % hommes) et la pauvreté (le taux de pauvreté chez les femmes aînées vivant seules est passé de 9 % à 28 % depuis les années 1990. La pauvreté est de plus en plus souvent associée à une faible estime de soi pouvant nuire à la recherche de nouveaux contacts sociaux.

[1] https://www.canada.ca/fr/conseil-national-aines/programmes/publications-rapports/2017/revue-isolement-social-aines.html#h2.4

[2] https://www.petitsfreres.ca/vieux-amis/les-facteurs-disolement-et-notre-impact/#_ftn1

 

Les commentaires sont fermés.

Vous souhaitez vous impliquer ?