Le 11 novembre, les Petits Frères de Lévis se souviennent

Aujourd’hui, 11 novembre, c’est le Jour du Souvenir, cette journée qui commémore chaque année les hommes et les femmes qui ont perdu la vie lors de la 1re Guerre mondiale.

Aujourd’hui, 11 novembre, c’est la journée que l’on a choisi aux Petits Frères de Lévis :

  • pour se souvenir, nous aussi,
  • pour rendre hommage aux GA de Lévis qui sont décédés au cours de la dernière année,
  • pour rappeler à nos souvenirs, au cours de cette cérémonie, qu’ils et qu’elles ont compté pour quelqu’un, qu’ils et qu’elles ont compté pour nous.

J’ai en mémoire ce très beau passage de l’écrivain français Jean d’Ormesson :

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort…

C’est la présence des absents dans la mémoire des vivants »

La « présence dans la mémoire », quelle belle façon de parler du souvenir !

En terminant, je veux vous partager un très beau texte qui nous invite à tourner le dos à la tristesse pour plutôt choisir de nous souvenir, de maintenir « présent dans nos mémoires », ce que ces GA ont apporté à nos vies.

 Tu peux pleurer son départ ou…  (auteur inconnu)

Tu peux pleurer son départ
Ou tu peux sourire parce qu’elle a vécu
Tu peux fermer les yeux et prier pour qu’elle revienne
Ou ouvrir les yeux et voir qu’elle est partie
Ton cœur peut être vide de ne plus la voir
Ou il peut être rempli de l’amour qu’elle a partagé
Tu peux tourner le dos à demain et vivre le passé
Ou tu peux être heureux pour demain à cause du passé
Tu peux te souvenir d’elle et seulement qu’elle n’est plus
Ou tu peux chérir sa mémoire et la laisser vivre
Tu peux pleurer et te renfermer, être vide et tourner le dos
Ou tu peux faire ce qu’elle aurait voulu, sourire, ouvrir les yeux, aimer et aller de l’avant.

Les 21 plus beaux textes sur la mort | Textes enterrement & décès (comemo.org)

Texte de Josée Giroux, bénévole